Des restaurations qui font la Une de la presse

 

Samedi soir, en l’église Sainte-Madeleine de La Ventrouze, une messe a été célébrée par Don Hervé, curé de la paroisse Sainte-Anne-du-Perche à l’occasion de l’inauguration des travaux de cet édifice du XVesiècle.

Travaux dès 2005

Cette église a été inscrite aux Monuments Historiques le 28 décembre 1981 et cette année 2018 marque la fin d’une partie des travaux de restauration débutée en 2005. En effet, ces travaux avaient commencé par la restauration des vitraux pour un montant de 5 710 €, suivie de l’entourage et le grillage de protection pour un coût de 4 006 €.

En 2009, ce sont les fonds baptismaux du XVesiècle qui ont été restaurés (2 006 € subventionnés à hauteur de 1 407 € par le conseil départemental). La cuve baptismale, objet mobilier classé aux Monuments Historiques le 28 juillet 1904, atteinte de la peste de l’étain, a été restaurée par une entreprise spécialisée de Nantes (pour 2 088 € subventionnés par la DRAC à hauteur de 1 044 €).

Concernant les travaux de charpente et de couverture du transept Nord et Sud, de 2011 à 2017, ils ont été réalisés pour un montant de 66 495 €. Ont également été nécessaires : des travaux de maçonnerie (4 157 €), le traitement de la charpente (1 974 €), la mise en conformité électrique de l’installation campanaire (2 416 €). Pour la réalisation de ces travaux, la commune a fait appel à M. Touchard, maître d’oeuvre, pour un montant de 6 720 €.

Sans emprunt

La commune de La Ventrouze, maître d’ouvrage, a financé ces travaux d’un coût total de 93 600 €. La Direction Régionale des Affaires culturelles de Normandie (DRAC) a subventionné ces travaux à hauteur de 11 180 € et les parlementaires pour un montant de 4 377 €. La récupération de la FCTVA a permis d’obtenir 13 119 €.

« D’autres travaux ont été réalisés par le conseil municipal et des bénévoles notamment le drainage autour de l’église car l’eau s’infiltrait par le bas des murs, a expliqué Evelyne Revet, maire. La carrière Cemex a mis à notre disposition des matériaux, et Bruno Meleux, premier adjoint, a fortement participé à ces travaux, au suivi du chantier et à la restauration des meubles de l’église. Le financement important de ces travaux a pu être supporté par la commune sans avoir recours à un emprunt. »

Un Commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.